Webcam coquine en direct

Sexe en direct avec une femme sans tabou

Véronique a serré ses jambes autour des fesses de Richard alors que son corps se tendait et qu’il gonflait en elle, son propre orgasme commençant à se dissiper, lui laissant une sensation de chaleur et de satisfaction.

Je t’ai vraiment sentie, bébé », lui chuchota-t-elle à l’oreille, son souffle chaud sur son cou.

Elle baissa lentement les jambes, le libérant, son bâton, encore épais d’excitation, glissant de ses doux plis. Il se roula sur le dos à côté d’elle, un bras encore sous son cou, la tirant près de lui, leur respiration commençant à reprendre son rythme de repos.

Levant le bras, il regarda sa montre – seize heures quinze, le soleil commençant à peine à illuminer la chambre à travers les stores qui recouvrent les portes du balcon.

Vous devez aller quelque part ? demanda-t-elle avec un air moqueur.

Je me demande juste à quelle heure je dois te mettre dehors avant qu’une de mes autres chiennes n’arrive.

La gifle sur son visage lui a à peine piqué mais a fait une fente satisfaisante. Il rit.

« On va passer la journée ici, dans la maison ?

« Mmmm. Le son satisfait était tout ce qu’elle pouvait rassembler, les yeux fermés, la tête blottie dans son cou.

Ses paupières, lourdes de satisfaction post-coïtale, tombèrent, sa respiration devint plus profonde.

« Merde.

« Quoi ? » demanda-t-il, ses yeux s’ouvrant à peine.

« J’ai besoin de la salle de bain.

C’est par là », répondit-il, les yeux encore fermés, pointant vers la porte de l’autre côté de la pièce.

Je sais où elle se trouve », dit-elle, en s’appuyant sur un coude. Je ne suis pas une de vos salopes, qui est trop stupide pour s’en souvenir. Les coins de sa bouche se sont plissés.

Elle soupira, se glissant de sous le drap et ses yeux s’ouvrirent, ne manquant jamais l’occasion de voir sa petite amie nue. Il la regarda se rembourrer sur le parquet, ses petites fesses serrées perchées sur des jambes fines, sa taille étroite sous son dos sexy. Alors qu’elle s’étirait, elle poussait sa brune, les cheveux en bataille pour le sommeil et le sexe sur ses épaules toniques

Elle a juré sous son souffle, s’arrêtant à mi-chemin de la salle de bain, avant de se retourner et de se précipiter vers le lit, en essayant de courir à partir des genoux.

Tu vas bien ?

Je fuis », chuchota-t-elle, accroupie pour ramasser ses sous-vêtements jetés. En pressant sa culotte blanche en coton entre ses cuisses, elle se retourne vers la salle de bain.

Ok, ne le faites pas sur tout le sol », a-t-il appelé, en souriant à son retour.

« C’est ton sperme !

« Ça t’a touché en dernier.

Elle lui répondit de lever sa main libre, son majeur étendu, un sourire qu’il ne voyait pas s’étendre sur son joli visage. Il sourit, avant de taper ses mains sur le lit, s’assoit rapidement, faisant grincer le cadre du lit. Véronique regarda par-dessus son épaule, voyant son amant sauter du lit.

Elle a crié « Non ! », essayant d’augmenter sa vitesse, en tentant d’atteindre la porte.

Ses pieds ont heurté le plancher en bois alors qu’elle ouvrait la porte, se glissant dans la grande pièce humide. Elle a crié « Arrêtez ! » dans un rire de panique, réussissant à tirer la porte pour la fermer, la verrouillant avant qu’il ne puisse l’attraper par le côté. En arrivant à la porte, il a frappé dessus.

Va-t’en ! Son rire la fit crier plus fort qu’elle ne l’avait prévu. Il frappa à nouveau. « Non ! J’ai envie de faire pipi. J’ai besoin d’intimité, va-t’en.

En attendant de l’autre côté de la porte, elle a écouté. « Tu es partie ? Il n’y avait pas de réponse, alors elle a soulevé le couvercle des toilettes et s’est assise.

En appuyant sur la chasse d’eau, Véronique a ramassé sa culotte sur le sol, puis, avec un sourire malicieux, l’a déposée dans son panier à linge, sachant que leur découverte à une date ultérieure provoquerait une autre rencontre amusante. Elle s’est lavé les mains et, en se regardant dans le miroir qui longeait un mur au-dessus de la cuvette, elle a passé ses doigts dans ses cheveux mal entretenus.

Elle déverrouilla la porte et regarda vers le grand lit au milieu de la pièce, réalisant trop tard qu’il était vide. En jetant un coup d’œil à sa gauche, elle l’a vu se tenir sur le côté, attendant de bondir. Son cri, combiné à un ricanement, était involontaire lorsqu’elle a tiré la porte, mais au lieu du clic, elle attendait que la porte se ferme, elle a entendu un doux bruit sourd et la porte est restée ouverte d’environ un pouce. Avec un autre cri, elle a tiré la porte à nouveau avant de regarder en bas et de voir l’oreiller que Richard avait enfoncé dans l’embrasure de la porte.

Merde », dit-elle dans un murmure de scène, en tirant toujours sur la poignée de la porte. En levant les yeux, elle le vit, une main sur la porte, l’autre sur le cadre. Il a commencé à tirer, ses bras et ses épaules la maîtrisant facilement. Les pieds de Véronique glissèrent sur le sol carrelé alors qu’il tirait régulièrement sur la porte pour l’ouvrir. Elle relâcha sa prise, recula d’un pas, ses seins rebondissant, avant de se stabiliser à temps pour voir la porte ouverte, frappant le genou de son assaillant d’un bruit sourd.

Oohh », dit-elle en haletant, essayant de supprimer un ricanement alors que ses yeux s’élargissaient en raison de la douleur aiguë. Elle a reculé à travers la salle d’eau alors qu’il rôdait à travers la porte, un sourire commençant à plisser le coin de sa bouche alors qu’il essayait de maintenir la colère simulée sur son visage.

Arrêtez ! Véronique a couiné en reculant, nue, en s’éloignant de lui alors qu’il s’approchait. Et tu peux ranger cette chose aussi. Elle pointa son bâton, maintenant à moitié droit, lourd, se balançant à chaque pas délibéré.

En atteignant le comptoir et la bassine, elle s’est arrêtée, levant les mains, essayant toujours d’étouffer ses rires anxieux.

Richard ! Je suis sérieux, maintenant st – .

Avant qu’elle n’ait pu terminer son commandement, il lui tendit la main, lui saisit les épaules et la fit tourner jusqu’à ce qu’elle soit face au miroir. Ses bras s’effilochaient derrière elle alors qu’elle essayait de le repousser, un geste inutile vu sa taille par rapport à elle, et il lui a coincé les bras sur les côtés. Elle s’est aperçue dans le miroir, son visage débordant d’effort et d’excitation, elle pouvait voir ses tétons, serrés et raides d’excitation.

Richard s’est approché d’elle et elle pouvait sentir son pénis, maintenant en pleine érection, taper contre ses fesses et le bas de son dos.

Et que pensez-vous que vous allez faire avec ça ? demanda-t-elle avec indignation en voyant son pénis dans le miroir, dur, la tête gonflée et brillante.

Il resta silencieux alors qu’ils se regardaient dans le miroir, son visage rocailleux. Véronique rit, mais son cœur battait dans une excitation qui frisait la peur, et à ce moment, elle ne savait pas pourquoi – elle n’avait pas vraiment peur, elle savait que c’était un jeu et qu’il ne lui ferait pas de mal, mais l’anxiété la traversait alors que son bourreau la fixait.

Sans prévenir, il a relâché sa prise sur ses poignets, une main prenant l’arrière de son cou, il l’a poussée vers l’avant sur le comptoir, son visage près du miroir. Elle a crié, alors que ses mains se dirigeaient vers l’avant, en s’étayant. Sa respiration s’accélère, elle aime être penchée et le jeu la rend plus excitante.

Elle a craqué, regardant au-delà de son reflet pour voir le sien.

Elle attend qu’il écarte ses jambes, mais il reste en place, son érection contre ses fesses. Elle pouvait sentir la chaleur entre ses jambes alors que l’excitation humidifiait sa fente chaude.

Leurs yeux sont restés fermés.

Et maintenant ? demanda-t-elle, commençant à se sentir un peu plus sûre d’elle.

Avant qu’elle ne puisse faire une réprimande ou une insulte, elle vit un mouvement derrière elle et un instant plus tard, la main de Richard descendit, frappant sa joue fessière. Elle hurla de surprise plus que de douleur, les yeux fermés, la tête tombant en avant. Le second coup, encore une fois, la surprend, la « claque » résonnant sur les murs de tuiles. Elle poussa un cri, ses yeux noisette s’ouvrirent largement, la peau pâle de son monticule ferme rougit instantanément.

Oh, merde, bébé », lui chuchota-t-il à l’oreille, en se penchant vers l’avant, brisant brièvement son caractère. « Est-ce que je t’ai fait mal cette fois-ci ?

« Je vais te faire revenir, salaud », grogna-t-elle, tout en se défaisant de son personnage, mais en jouant un autre jeu.

Il lui sourit dans le miroir avant de la saisir par les épaules et de la faire tourner pour lui faire face à nouveau. En lui prenant les cheveux, il a planté un baiser sur sa bouche, leurs langues se battant pour la domination et elle a saisi l’arrière de sa tête, ses doigts s’emmêlant dans ses cheveux. Richard s’est penché, la soulevant sur le comptoir, ses jambes au-dessus de ses avant-bras, la surface froide et dure donnant un certain soulagement à ses fesses qui piquaient. Elle s’est appuyée sur le miroir, regardant son érection alors qu’il se tenait entre ses jambes écartées.

Elle lui dit : « Alors, tu vas utiliser ça ? », hochant la tête à son érection, soulevant un sourcil, se moquant de lui.

Il fit un pas en avant, son bras dur se rapprochant de sa fente épilée et étincelante. Alors que son bout touchait ses plis souples, elle ne réagissait pas, refusant de montrer à quel point elle le voulait à nouveau en elle. Il s’avança lentement, les mains sur ses cuisses, en tenant ses jambes écartées. Véronique s’est penchée vers l’avant, prenant son bâton dans le bout de ses doigts, guidant cette belle bite dans son vagin mature

D’une poussée des hanches, il se glissa en elle, son ouverture engloutissant sa pointe sensible. Il grogna, la sensation le prenant par surprise.

Il gémit, se tenant en elle, luttant contre l’envie de commencer à pousser, sachant que cela le ferait partir trop tôt. Il ferma les yeux, la vue de Véronique, belle, nue, empalée sur lui, faisant naître le désir plus qu’il ne pouvait le supporter.

Elle regarda son visage, masque de plaisir et d’agonie exquise, et elle savait qu’il ne durerait pas longtemps. D’habitude, elle se délectait de leur sexe et de sa capacité à durer jusqu’à ce qu’elle ait joui au moins une fois. Mais elle aimait ces moments où son excitation était trop forte et où il explosait rapidement en elle ou sur elle. Elle mettait son majeur dans sa bouche, suçant, léchant. Et lorsqu’il était humide et brillant, elle le retirait, laissant tomber sa main entre ses jambes écartées, utilisant deux doigts pour libérer son clitoris de ses plis, pressant son doigt humide dessus, commençant à faire de petits cercles lents.

Elle regarda son doigt tourner, sa respiration devenant plus intense et elle leva les yeux pour le voir la regarder. Il s’est fléchi en elle, ses couilles étant douloureuses. Elle a augmenté la vitesse de sa masturbation, sachant qu’il était proche.

Elle ronronnait en sentant son orgasme approcher. Puis elle le regarda retirer son bâton jusqu’à ce que le bout soit visible, avant qu’il ne glisse à nouveau à l’intérieur et qu’il gémisse, libérant son épais liquide en elle, la faisant basculer sur le bord, son corps tremblant à son arrivée, libérant davantage de sa propre humidité qui se mêlait à celle du sien sur son bâton dur.

Ils sont restés enfermés là, elle appuyée contre le miroir, les jambes ouvertes, lui en elle, la chaleur de son vagin trop exquise pour qu’il puisse bouger. Leur respiration était le seul son dans la pièce chaude. Puis il la tirait vers lui, embrassant sa bouche avec sensibilité, avec amour, tout en la soulevant du comptoir. Elle s’est enroulée autour de son corps fort alors qu’il marchait sous la pomme de douche de la forêt tropicale, leur bouche explorant encore. Il a appuyé sur un bouton et de l’eau chaude instantanée les a inondés, les trempant. Et il s’est abaissé sur le sol, allongé avec elle sur lui, l’eau les recouvrant comme une couverture chaude, sa tige désormais adoucie glissant d’elle.

© Copyright 2019 http://www.sodomiesexe.com/ - Tous droits réservés